Ateliers scientifiques

Ces ateliers s'intéressent aussi bien aux sciences exactes qu'aux sciences humaines et sociales. Pour l'année 2016-2017, les ateliers prévus sont les suivants:

  1. Art et histoire non européens, avec Françoise Fauconnier
  2. Biochimie et vaccinologie, avec Marie-Claude Dubois
  3. Chimie des polymères, avec Richard Thommeret
  4. Décodage de l'actualité, avec Michel Gheude
  5. Ethique, avec Aurore T'kint
  6. Eveil à l'Anthropologie, avec Laurent Legrain
  7. Histoire contemporaine, avec Thomas Lemaigre
  8. Histoire de l'art, avec Alain van der Hofstadt
  9. Microbiologie, avec Marius Gilbert
  10. Neurosciences, avec Nathalie Tellier
  11. Philosophie, avec Naïm Kharraz
  12. Sciences exactes et expérimentales, avec Pasquale Nardone

Sciences exactes et expérimentales,
éveil scientifique

avec Pasquale NARDONE

L'ATELIER "L'ÉVEIL SCIENTIFIQUE: une démarche de connaissance de soi"

Voici quelques faits évidents qui déterminent une approche particulière :

 

  1. nous vivons dans une société technologique et technocratique ;
  2. cette technologie est hermétique, nous laissant de plus en plus devant des « boîtes noires » sans possibilité d’aller voir « comment ça marche » ;
  3. les connaissances scientifiques croissent de façon exponentielle ;
  4. à la fin d’un cursus scolaire classique, seul 4% des étudiants ont reçu une formation scientifique.

Il me semble donc évidemment que devant l’accumulation des connaissances il est illusoire de pratiquer un enseignement « disciplinaire » avec un contenu fixe. Une approche interdisciplinaire d’abord, flexible ensuite, s’impose intellectuellement.

Il faut aussi remarquer que seuls quelques grands principes s’appliquent partout ; que l’on songe aux lois de conservation en physique, aux structures chimiques ou cellulaires en biologie.

De plus, il y a une structure qui chapeaute toutes les sciences : la démarche scientifique ! C’est elle qui permet de s’approprier toutes les connaissances nécessaires, quelque soit la discipline abordée.

Enfin le raisonnement logico-déductif est d’application en toutes sciences. Partant des mathématiques, son lieu de prédilection, il s’installe chaque fois qu’une science est invoquée.

 

Il me semble donc primordial de re-fonder un enseignement scientifique sur ces trois piliers : les grands principes, la démarche scientifique et le raisonnement logico-déductif avec comme terrain d’application toutes les sciences dans leurs applications contemporaines. Partir de faits exposés dans les médias et élargir le champ de vision en explorant toutes les voies offertes, voilà le projet éducatif. Sans oublier l’aspect expérimental qui quand il est accessible aux étudiants, doit être mis en évidence. Observer, analyser, expérimenter, conclure et raisonner sont les actions qui déterminent tant la pensée scientifique que la forme intellectuelle capable de rendre autonome la pensée.

HISTOIRE CONTEMPORAINE

Thomas LEMAIGRE

L’ATELIER « ACTUALITÉ POLITIQUE, ÉCONOMIQUE et SOCIALE : décodage »

 

Le monde change, notre environnement semble nous échapper, à en croire les plus vieux que nous, la réalité politique, sociale et économique se complexifie. Pour certains même « c’était mieux avant »

 

Qu’en est-il en réalité? Sommes-nous condamnés à ne plus pouvoir comprendre ce qui nous arrive? Sommes-nous finalement si impuissants? Ce qui se passe dans la société est-il vraiment complètement extérieur à nous? Par où commencer?

 

Cet atelier vise à s’approprier des clés de décodage de notre environnement politique, social et économique, issues de deux univers complémentaires : les sciences sociales et l’éducation permanente. Si notre petite équipe interdisciplinaire proposera toute une série de grilles de lecture, de découvertes, de rencontres pour décoder ensemble une partie de l’actualité, la moitié de l’atelier consistera à en élaborer ensemble sous forme d’un atelier-projet en sous-groupes. Les participants y seront invités à imaginer, préciser, mettre en œuvre et faire aboutir une action qui mobilise les outils proposés, mais aussi toutes les ressources des autres ateliers du LIFT.

 

L’atelier se déploiera donc en deux parties qui se dérouleront en parallèle : d’une part des demi-journées avec l’un des trois formateurs, à tour de rôle, et d’autre part des sessions de l’atelier-projet avec les trois formateurs. Dans un cas comme dans l’autre, seront prévues des plages régulières de travail individuel et collectif, tantôt supervisé, tantôt en autonomie. Le tout commencera par une journée de travail avec les trois formateurs, afin, entre-autres, de définir et de défricher les faits d’actualité à creuser. Nous clôturerons de même, tous ensemble, par une présentation et une évaluation collective des réalisations de l’atelier-projet.

HISTOIRE DE L’ART

avec Alain van der HOFSTADT

L'ATELIER « HISTOIRE DE L’ART : pour une anthropologie de l’art »

 

Qu’en est-il des « images » ? Comment se rendent-elles sensibles et intelligibles ?

Le mot « image » est un terme plurivoque, cependant nous pensons chacun en saisir immédiatement le sens.

 

Objet

On peut considérer cet atelier comme une introduction à l’« étude générale des représentations » [ce qui est une façon de décloisonner les disciplines – de dé-différencier les savoirs]. Néanmoins, il ne s’agit pas ici de formuler une « théorie générale des images », nous ferons simplement appel aux théories qui en traitent.

Qui n’est pas conscient que toute expérience, visuelle, tactile, olfactive, gustative et auditive, ne s’offre jamais à soi en vertu de sa pleine conscience de soi ; autrement dit, qui n’est pas conscient qu’il n’y a pas d’expérience sans qu’ait lieu des effets d’« images » et de discours ?

Lorsque nous traitons d’images, tant de son artefact – son support -, que de ce que véhicule l’artefact, bien souvent notre attention est détournée de ce qui à l’image même ne se conçoit pas dans les termes d’une prise de vue. À ce titre, l’anglais à l’avantage de faire la distinction entre « image » et « picture », là où le français n’a qu’un mot pour dire les deux. En effet, l’anglais distingue l’image, c’est-à-dire, l’objet de l’impression visuelle, olfactive, tactile… qui pénètre pensée et discours, de picture, l’artefact (le support).

L’image est une donnée immatérielle qui n’est pas réductible à un champ donné ou qui dépendrait d’un media essentiel ; pas plus d’ailleurs qu’elle serait une donnée purement optique d’ordre physiologique ou culturellement fondée. L’image est idées, théories, descriptions, métaphores, fantasmes, rêves, souvenirs…

Curieusement nous ne bénéficions pas d’une théorie générale de l’image, alors qu’elle empreint notre quotidien, nos actes et nos pensées. Ce qui ne nous ne empêchera pas de poser et de chercher à répondre à ces deux questions théoriques :

 

« Qu’est-ce qu’une image ? » et « En quoi les images sont-elles différentes des mots ? »

Car nous avons à considérer « ce que montrent/disent les images » et « ce qu’il y a à en dire ».

L’objet de ces lectures est de montrer en quoi la notion d’imagerie fonctionne à la façon d’un relais entre des théories de l’art, anthropologiques, du langage et de l’espace, et des conceptions sociales, culturelles et politiques.

 

Méthode:

L’atelier repose sur tout un apport théorique [notes et documents iconographiques empruntés à l’histoire de l’art, à l’anthropologie, aux médias, relayés sous forme de PowerPoint. Une bibliographie et des textes complémentaires sont également proposés.

LECTURE D’IMAGE

avec Vincent CARTUYVELS

L’ATELIER « LECTURE D’IMAGE : elle n’est jamais donnée, elle est toujours construite »

 

Objectifs: Offrir à l’étudiant un cadre structurant pour qu’il acquière une autonomie dans une vision globale de l’histoire de l’art, dans l’analyse des images et dans leur interprétation, ainsi que dans l’élaboration d’une recherche personnelle en matière artistique. Aider l’étudiant à se situer personnellement par rapport au contenu proposé.

Contenus

 

  1. Si nécessaire, rappel des cadres historiques en histoire de l’art, avec la succession des topiques fondamentaux de période à période dans « l’histoire longue » des origines à nos jours, en lien avec les événements et productions essentielles de l’art.
  2. Analyse interne d’une oeuvre (Peinture, photographie, sculpture, architecture, ville) par le biais de grilles d’analyses adaptées. Analyse externe par le rappel du cadre historique qui lui donne sens. Relations avec les thèmes abordés en anthropologie de l’art.
  3. Extension l’usage d’une grille d’analyse à la publicité, en exploitant des éléments de sémiologie de l’image. Application de la sémiologie à d’autres productions, photo reportage ou créations artistiques.
  4. Processus d’une recherche autonome: choix du thème, sélection de documents adéquats, analyses, usage de références, mise en forme et présentation orale.

Méthode

Alternance de propos théoriques livrés ex-cathedra et d’exercices individuels ou de groupe. Va-et-vient entre désordre de la recherche – approche par erreur et tâtonnement – et mises en ordre par la méthode.

Usage à la fois rigoureux et créatif des grilles. Développement de la pensée visuelle par l’usage graphique – entre autre via le numérique – des outils d’analyse.

 

Évaluation

Capacité à maîtriser les cadres historiques et la grammaire de l’image, à fonder des interprétations de façon cohérente, et à utiliser les outils du cours dans une recherche personnelle aboutie.

Quantité et qualité de production, rigueur et esprit critique, initiative et créativité, et progression en cours d’année.

ANTHROPOLOGIE et Société MULTICULTURELLE

avec Laurent LEGRAIN

L’ATELIER « ÉVEIL À L’ANTHROPOLOGIE : Étude de l’humain et des cultures »

 

Aujourd’hui, la culture représente l’affirmation d’un soi collectif dans un contexte mondialisé. Préserver et défendre sa culture sont désormais considérés comme des droits fondamentaux, indiscutables. Se multiplient partout sur le globe des revendications à la préservation culturelle, qu’elles émanent, par exemple, de populations autochtones au Canada, de communautés indigènes en Amérique du Sud ou de familles de migrants en Europe. Avec son célèbre « Choc des Civilisations », l’intellectuel américain Samuel Huntington s’est fait l’apôtre d’un discours sur l’incompatibilité des cultures, soulignant l’existence de cultures spécifiques incapables de coexister.

 

A l’encontre de ce point de vue apocalyptique, l’anthropologie constitue une discipline scientifique qui se propose d’étudier l’humain comme un être culturel. Les humains, dans leur unité biologique, sont caractérisés par leur diversité culturelle. Pourtant, à l’heure de la globalisation, il est problématique de parler de cultures, au sens d’entités clairement délimitées, d’unités aux contours bien définis et attachées à un territoire et une langue spécifiques. L’heure n’est-elle pas aux mouvements des individus, des objets et des idées, à la construction d’ensembles plus vastes, un mélange de populations et des échanges incessants que l’étroite notion de culture est peu à même de décrire? Dans un tel contexte, que veut dire parler de culture ou d’identité? Comment décrire les sociétés dans lesquelles nous vivons aujourd’hui ?

 

Dans cet atelier, à travers une recherche de terrain que les étudiants mèneront à Bruxelles, il s’agira de saisir le jeu complexe des différences et des frontières culturelles. D’abord, l’on s’intéressera aux théories du relativisme culturel et de l’universalisme, de la multiculturalité dans les sociétés contemporaines, mais aussi aux aspects méthodologiques de la recherche anthropologique. Après deux séances d’introduction à la discipline, les participants choisiront un objet d’étude et élaboreront un protocole de recherche. Les séances suivantes seront destinées à discuter collectivement de leurs résultats.

Philosophie

avec Naïm KHARRAZ

L’ATELIER « Philosophie »

 

Les ateliers de Philosophies se construisent sur base de thèmes proposés par les tuteurs ou les étudiants. Ils font l'objet des débats alimentés par des textes de philosophes.
Créer c'est s'engager
De l'importance du langage
Religions et espace public
Société et cité
sont autant de thématiques abordées en fonction d'événements ou à la suite d'une conférence ou de la vision d'un film.

BIOCHIMIE

avec Marie-Claude DUBOIS

L’ATELIER « BIOCHIMIE: Notions de vaccinologie  »

  • En utilisant comme exemple le vaccin développé pour protéger les enfants d’Afrique Sub-Saharienne contre le paludisme (aussi appelé malaria), nous passerons en revue différentes notions de Vaccinologie : -                   Qu’est-ce qu’un vaccin, un antigène, un anticorps, une réponse immunitaire de type cellulaire, un adjuvant ? -                   Pourquoi faut-il un vaccin contre le paludisme ? Les insecticides et les moustiquaires ne suffisent-ils pas ? -                   Quels sont les métiers nécessaires à la Recherche, au Développement, à la Production, à l’Autorisation par les Autorités Régulatrices, et à la mise sur le marché d’un produit pharmaceutique ? -                   Comment se déroule une étude clinique ? Pourquoi faut-il autant de volontaires et tant de temps ? Qui contrôle le bon déroulement de ces études et le bien-être des volontaires ? Comment analyse-t-on les résultats et quel est le procédé pour les publier dans une revue scientifique ? -                   Tout le monde devrait-il se faire vacciner avec tous les produits qui sont approuvés ? Quels sont les vaccins obligatoires et recommandés en Belgique ? -                   Comment est développée la notice d’un médicament ou d’un vaccin ? Comment la lire ? -                   Quels sont les différents acteurs (entreprise pharmaceutique, Organisation Mondiale de la Santé (OMS), partenaires publics comme la Fondation Bill & Melinda Gates, autorités nationales et locales,…) et quel est leur rôle ?

 

7

Téléphone

E-mail

Facebook

Adresse

Direction

Mail

info@lelift.be

www.facebook.com/leLift.be

51 Kasteelstraat

1650 Beersel

Belgique

Elie Levy

elie.levy@lelift.be

CONTACT

+32 495 248 955